Espoirs déçus: Choupo Moting au PSG aujourd'hui Omam Biyick à l'OM hier

photo article ici

Par Charles MONGUE-MOUYEME ►

Les camerounais veulent voir leurs meilleurs attaquants briller dans les grands clubs français. Après l’échec d’Omam Biyick à l’OM, Choupo vit un cauchemar au PSG.

Depuis dimanche 7 avril 2019 au soir, Eric Maxime Choupo Moting, l’attaquant camerounais du Paris Saint Germain en France est la risée du football mondial, suite à ce geste incompréhensible par lequel il empêche une balle piquée par son coéquipier Nkunku d’entrer dans les filets  de Strasbourg, alors qu’elle allait franchir sans coup férir la ligne de but. Malgré ses explications brouillonnes après le match, Choupo Moting n’a pas pu empêcher que sa bourde fasse le buzz à travers la planète, battant le record de railleries certainement détenu par Jérôme Boateng (Bayern) après sa chute spectaculaire sur un dribble mystificateur de Lionel Messi (Barcelone) lors de la demi-finale aller de la Ligue des Champions 2015.

Bien qu’inattendu et surprenant, le recrutement de Choupo Moting au sein du très ambitieux et très riche PSG des qataris avait tout de même suscité des espoirs de grandeur chez les footeux camerounais qui rêvaient d’une métamorphose positive de leur Lion à côté des célébrités qui compose le PSG : Neymar, Di Maria, Cavani, Mbappe, Buffon, Dani Alves, Thiago Silva, etc. L’entraîneur Thomas Tuchel du PSG connaissant bien Choupo Moting dans le championnat allemand, on se disait qu’il était certainement en train de concocter une surprise du chef en faisant venir le camerounais à Paris.

Choupo Moting est certes remplaçant au PSG, mais il a eu plusieurs occasions de se produire sur le terrain tant en championnat et coupe de France, qu’en Ligue des Champions UEFA. Son temps de jeu s’est d’ailleurs accru avec les blessures de Neymar, Cavani, et Draxler. Volontaire, Choupo n’a cependant jamais véritablement convaincu par son jeu, tellement il manque d’efficacité pour un attaquant. Malgré ses 12 années de carrière professionnelle en Europe, on sent qu’il manque de confiance et de charisme, comme quelqu’un qui arbore un vêtement trop grand pour lui.

On ne peut alors s’empêcher de repenser à Omam Biyick, le goleador camerounais entré dans l’histoire comme étant le 1er  buteur de la Coupe du Monde 1990 en match d’ouverture face au tenant du titre, l’Argentine de Diego Maradona. Omam Biyick avait été recruté dans la grande équipe de l’Olympique de Marseille de la saison 1992-1993 des Rudi Völler, Abedi Pelé, Didier Deschamp, Marcel Desailly, Manuel Amoros, etc. Lorsqu’il est aligné comme titulaire à la 1ère journée face à Toulouse, les camerounais se disent qu’il va éclabousser la France de son talent au sein d’un OM qui brille de mille feux.

Malheureusement, Omam Biyick apparaîtra crispé, peu sûr de lui, indécis, et il livrera un match relativement médiocre. Ce sera d’ailleurs son unique match à l’OM qui le prêtera rapidement au RC Lens. Et il est ainsi entré dans la liste des joueurs n’ayant livré qu’une seule rencontre dans un club de 1ère division française. Comme pour Choupo Moting aujourd’hui, c’était déjà une question de confiance en soi et de personnalité pour Omam Biyick en 1992.

Cela est certainement dû au caractère individuel de ces joueurs qui affichent un tempérament plutôt calme, ascendant timide. Ils sont visiblement intimidés par la carrure de ces grands clubs mythiques que sont l’OM et le PSG, et ils sont alors peut-être trop soucieux de montrer qu’ils n’y sont pas comme un cheveu dans la soupe, et ça les bride dans la prise d’initiatives sur le terrain. Mais, lorsqu’on se réfère aux Bocande, Drogba, Abedi Pelé, George Weah qui ont réussi dans les grands clubs français, on peut se risquer à invoquer l’insuffisance de travail pour expliquer les échecs d’Omam Biyick et de Choupo Moting. En effet, ces joueurs africains avaient compris qu’ils devaient travailler bien plus que leurs coéquipiers européens pour pouvoir s’imposer dans les grands clubs français, ce que George Weah et Didier Drogba révèlent dans leurs livres autobiographiques.

Choupo Moting a-t-il encore des ressources physiques et mentales pour s’imposer un surcroît de travail et ne pas se contenter seulement des entraînements normaux du PSG ? Nous saurons qu’il est sur la bonne voie lorsque nous percevrons un réel saut qualitatif dans son jeu au sein des Lions Indomptables du Cameroun du fait qu’il côtoie les meilleurs joueurs du monde en club.

Eric Maxime, as-tu du cœur ?

Charles MONGUE-MOUYEME

17 October 2019 à 03:24 0
MANDENGUE NDABO FRANKLIN DIDIER

La force de l'analyse. Comment être indifférèrent à propos de ce qui se passe dans pays. Charles M. M. La pertinence de propos au sujet de la situation économique, politique et sociale est catastrophique. Ce que nous avons eu en matière d'élections ( Sénatoriale et Présidentielle ) depuis le début de l'année, n'est rien d'autre qu'un four tout et n'importe quoi. Les sénateurs sont élus et nommés en toute illégalité. Des conseillés municipaux illégaux et surtout pas de présidents de régions, ce sont les deux catégories qui permettent au choix des sénateurs. Le mariage incestueux être le RDPC, ELECAM, MINAT et le Conseil Constitutionnel, a montré à suffisance que le pouvoir rdpc veut nous imposer la pratique primitive d'une autre ère. Tu as si bien circonscrit le problème, je suis entièrement d'accord avec toi. Ces Camerounais qui pensent qu'ils ont le ponople sur TOUT sur la gestion de la citée, et que les autres n'ont pas droit au chapitre. Ce régime est à l'origine de la déconstruction de tout ce que nous avions cher.

SAMBA II ALAIN MICHEL

Charles tu as oublié de mentionner qu’après avoir fait le tour de Yaoundé pendant deux jours, le PRESI/ CAF a déclaré n'voir observé ni ressenti aucun nid de poule dans les rues de cette ville. Meme le Directeur du protocole d'état qui le raccompagnait au perron du palais avait souri d'étonnement. De là, moi j'avais compris qu'il était déjà dans la sauce gombo, une spécialité bien de chez nous.

ABEGA Joseph Bertin

Bonjour Charles, Tu fais une peinture on ne peut exacte de la situation de notre football. Mais moi je retiens une seule couleur dont l'absence nous rend plus nostalgique voir triste aujourd'hui: le rose. "Le football rose". Oui rose comme beauté! moi je pense que c'est la clé du succès. lors d'un match de foot, combien de gestes techniques pouvons nous compter? Souvent pas un seul. Nous avons eu de grands talents sortis "des coups faibles", "têtes tombes", "des contre-poteaux", "des couloirs", "des solos (petits ponts)", "des comptes (jonglages)"...etc. Nous allions aux stades tous les dimanches en s'accrochant sur le bras d'un aîné pour tricher les dribles de Mbida, Mama, Emana, Milla...les tacles de 05m d'Onana, d'Aoudou et le lundi, même le maître ou le prof avait de la peine à imposer le calme dans la salle de classe pour commencer le cours. Quel entraîneur ou moniteur de foot permet à son apprenant de dribler un ou deux joueurs sans qu'il ne le gronde? Je vous dis qu'il y avait des joueurs aussi talentueux aux quartiers que certains divisionnaires comme on les appelait à l'époque. L'aisance technique était au rendez-vous. Tenez! avec peut-être un peu de prétention, Tonnerre de Yaoundé de l'époque avait le fond de jeu de Barcelone d'aujourd'hui, d'où le nom de "Kalara", "le book" le foot champagne (onze passes). Bref avec l'aide des entraîneurs, les joueurs doivent pratiquer du beau et bon football, ils doivent prendre plaisir à jouer comme Ronaldinho, Jean-Luis Mama par exemple. Ainsi les spectateurs reviendrons aux stades, et les supporteurs participerons aux cotisations, et les joueurs seront mieux payés pour leur talent et ils se vendront cher...etc. BRAVO à toi Charles pour l'évocation de ce sujet si intéressant !

Laisser votre Commentaire

Articles recents

Articles les plus lus