CMR 1-1 Mali amical : Demande d’explication à Seedorf

photo article ici

Par Charles MONGUE-MOUYEME

M. Seedorf, le Cameroun vous paye-t-il si cher pour le « pala-pala* ») football   qu’on voit là ?

Face au Mali ce 14 juin 2019 à Doha au Qatar, les Lions Indomptables ont présenté une très mauvaise copie. Une équipe sans âme, sans talent, sans fighting spirit, sans envie. Même des joueurs de foot rassemblés pour un match de gala montrent souvent plus d’allant et de cohésion dans le jeu. A quelques jours de la CAN 2019 qui aurait dû se jouer au Cameroun, votre sélection n’a vraiment pas fière allure : pensez-vous que le pays de Roger Milla avait besoin d’un sélectionneur ancien joueur de votre trempe pour jouer aussi mal ?

M. Seedorf, vous avez convoqué 37 joueurs pour une préparation dite « XXL » au centre d’entraînement du Real de Madrid en Espagne, puis à Doha au Qatar dans l’un des meilleurs centres d’entraînement du monde : dites-nous, la prestation des Lions Indomptables contre le Mali aurait-elle été plus mauvaise si notre équipe s’était préparée à Yaoundé ou dans un pays africain ? L’état d’esprit que les joueurs du Cameroun avaient face au Mali, c’est le résultat de votre « team building activity » qui figurait abondamment dans votre programme de travail publié quotidiennement par la Fecafoot ?

Vous avez eu le choix dans 37 joueurs pour faire jouer Tchokonté Dawa  au poste d’arrière latéral droit ? Quand vous alignez 4 défenseurs et 3 milieux défensifs qui ont du mal à se positionner sur le terrain, vous comptez gommer ainsi le jeu décousu et sans inspiration qui est une tare que la sélection A du Cameroun traîne depuis la retraite de la génération dorée 2000/2002 ? Savez-vous, M. Seedorf, que le public sportif du pays de Mbida Arantes qui a connu le joueur technique manieur de ballon que vous avez été vous a bien accueilli parce qu’il espérait que vous réconcilieriez les Lions Indomptables avec le beau jeu ?

M. Seedorf, il nous été expliqué que le match de « handball » que vous avez remporté (11 buts à zéro) en Espagne contre les jeunes d’un club de 2ème division était destiné à mettre vos joueurs en confiance avant la CAN : pouvez-vous nous donner les indicateurs de cette confiance emmagasinée dans le match terne que vous livré contre le Mali ? Le jeu brouillon de Djoum (avec le dossard N°10 !), le dilettantisme de Njie Clinton, la peur de mal faire de Tchokonté ou la frilosité de Yaya Banana, c’est ça la confiance ? Lorsque vous visionnez les vidéos des Lions sous Volker Finke ou Hugo Broos, avez-vous le sentiment que votre ami Kluivert et vous avez amélioré qualitativement le jeu des Lions Indomptables ?

Si vous vous croyez en terrain conquis parce que vos employeurs sont complaisants avec vous, et vous permettent de vous pavaner dans tous les stades d’Europe au lieu de venir expliquer vos choix au pays comme le font tous les sélectionneurs sérieux, alors c’est qu’on ne vous a pas encore expliqué le Cameroun. Si votre statut de star « people » vous importe plus que celui de sélectionneur du Cameroun, alors ce peuple de foot vous attribuera vite un statut de persona non grata sur le banc de touche de son équipe nationale fanion. Et même votre ami Eto’o (avec qui vous recevez les bénédictions du Pape) ne pourra rien faire pour vous quand les camerounais vous auront vomi.

M. Seedorf, vos explications sont attendues à Yaoundé avant votre départ pour la CAN en Egypte : avez-vous préparé l’équipe du Cameroun pour jouer beaucoup mieux qu’elle ne l’a fait face au Mali ? Quand fournirez-vous la preuve de votre apport en qualité et en efficacité à la tête du staff technique des Lions Indomptables ? Avez-vous conscience que votre état de grâce est achevé ?

Charles MONGUE-MOUYEME

(*) Déréglé, Déjanté

Il y a 10 heures 0
MANDENGUE NDABO FRANKLIN DIDIER

La force de l'analyse. Comment être indifférèrent à propos de ce qui se passe dans pays. Charles M. M. La pertinence de propos au sujet de la situation économique, politique et sociale est catastrophique. Ce que nous avons eu en matière d'élections ( Sénatoriale et Présidentielle ) depuis le début de l'année, n'est rien d'autre qu'un four tout et n'importe quoi. Les sénateurs sont élus et nommés en toute illégalité. Des conseillés municipaux illégaux et surtout pas de présidents de régions, ce sont les deux catégories qui permettent au choix des sénateurs. Le mariage incestueux être le RDPC, ELECAM, MINAT et le Conseil Constitutionnel, a montré à suffisance que le pouvoir rdpc veut nous imposer la pratique primitive d'une autre ère. Tu as si bien circonscrit le problème, je suis entièrement d'accord avec toi. Ces Camerounais qui pensent qu'ils ont le ponople sur TOUT sur la gestion de la citée, et que les autres n'ont pas droit au chapitre. Ce régime est à l'origine de la déconstruction de tout ce que nous avions cher.

SAMBA II ALAIN MICHEL

Charles tu as oublié de mentionner qu’après avoir fait le tour de Yaoundé pendant deux jours, le PRESI/ CAF a déclaré n'voir observé ni ressenti aucun nid de poule dans les rues de cette ville. Meme le Directeur du protocole d'état qui le raccompagnait au perron du palais avait souri d'étonnement. De là, moi j'avais compris qu'il était déjà dans la sauce gombo, une spécialité bien de chez nous.

ABEGA Joseph Bertin

Bonjour Charles, Tu fais une peinture on ne peut exacte de la situation de notre football. Mais moi je retiens une seule couleur dont l'absence nous rend plus nostalgique voir triste aujourd'hui: le rose. "Le football rose". Oui rose comme beauté! moi je pense que c'est la clé du succès. lors d'un match de foot, combien de gestes techniques pouvons nous compter? Souvent pas un seul. Nous avons eu de grands talents sortis "des coups faibles", "têtes tombes", "des contre-poteaux", "des couloirs", "des solos (petits ponts)", "des comptes (jonglages)"...etc. Nous allions aux stades tous les dimanches en s'accrochant sur le bras d'un aîné pour tricher les dribles de Mbida, Mama, Emana, Milla...les tacles de 05m d'Onana, d'Aoudou et le lundi, même le maître ou le prof avait de la peine à imposer le calme dans la salle de classe pour commencer le cours. Quel entraîneur ou moniteur de foot permet à son apprenant de dribler un ou deux joueurs sans qu'il ne le gronde? Je vous dis qu'il y avait des joueurs aussi talentueux aux quartiers que certains divisionnaires comme on les appelait à l'époque. L'aisance technique était au rendez-vous. Tenez! avec peut-être un peu de prétention, Tonnerre de Yaoundé de l'époque avait le fond de jeu de Barcelone d'aujourd'hui, d'où le nom de "Kalara", "le book" le foot champagne (onze passes). Bref avec l'aide des entraîneurs, les joueurs doivent pratiquer du beau et bon football, ils doivent prendre plaisir à jouer comme Ronaldinho, Jean-Luis Mama par exemple. Ainsi les spectateurs reviendrons aux stades, et les supporteurs participerons aux cotisations, et les joueurs seront mieux payés pour leur talent et ils se vendront cher...etc. BRAVO à toi Charles pour l'évocation de ce sujet si intéressant !

Laisser votre Commentaire

Articles recents

Articles les plus lus