Initiation des jeunes à la motoculture à Massoumbou village

photo article ici

Le GIC SAGRIC (Groupe d’Initiative Commune SEMAKO AGRICULTURE) et la société CAMCI (Représentant exclusif  STIHL au Cameroun depuis plus de 30 ans) se sont mis ensemble pour organiser le 18 novembre 2019 à Douala (PK 21 Massoumbou village) un atelier de formation de 100 jeunes acteurs et promoteurs du monde agropastoral sur des outils de motoculture de marque STIHL.

A l’initiative de cet ATELIER JEUNESSE-FUTUR STIHL, le Pr Léopold Lehman, biologiste, enseignant-chercheur à l’Université de Douala, et Délégué du GIC SAGRIC. Selon cet enseignant-fermier, la bonne santé et le bien-être sont largement tributaire d’une bonne et saine alimentation qui elle-même dépend d’une production agricole efficiente, donc riche en qualité et en quantité. Il faut donc réduire la pénibilité de l’activité agropastorale, et ainsi inciter un maximum de jeunes ruraux et citadins à s’y intéresser.

Tel était le prétexte à la base de l’ATELIER JEUNESSE-FUTUR STIHL qui ne pouvait que rencontrer l’assentiment de STIHL, l’un des leaders mondiaux  dans la fabrication des outils de monoculture à travers son représentant au Cameroun. Ainsi que l’a annoncé M. Bossard le DG de CAMCI lors de la brève cérémonie protocolaire d’ouverture, STIHL est présent 160 pays, emploie 17 000 personnes, et réalise un chiffre d’affaire de 2400 milliards de francs CFA dans le monde.

Répartis en 4 groupes au terme de la courte partie théorique commune en salle (présentation des organisateurs, consignes générales de sécurité, projection de films de démonstration), les participants à l’ATELIER JEUNESSE-FUTUR STIHL parmi lesquels on comptait aussi de nombreux acteurs et promoteurs agropastoraux de toutes les tranches d’âges, ont eu droit à 5 stations pratiques sur l’utilisation des outils de motoculture STIHL.

Des tronçonneuses aux motobineuses en passant par les débroussailleuses, les pulvérisateurs, les pompes à eau et les tarières, les participants ont bénéficié des conseils et démonstrations d’utilisation des 2 moniteurs de chacune des stations (dont M. Alexander ROTHAUGE venu d’Allemagne pour la circonstance), avant de prendre eux-mêmes les manettes de ces appareils pour s’exercer en situation réelle dans la grande ferme du GIC SAGRIC de Massoumbou village.

Commencé à 8h avec l’enregistrement et la remise des kits du participant, l’ATELIER JEUNESSE-FUTUR STIHL s’est achevé vers 17h 30mn par la remise des attestations de participation. Une journée intense et bien remplie, ponctuée par des pauses petit-déjeuner et déjeuner essentiellement bio, et les beignets-haricots à la fin « pour la route ».

Il est important de souligner que l’ATELIER JEUNESSE-FUTUR STIHL a eu le soutien de la Délégation Régionale du Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural (MINADER), dont le Délégué a fait le tour des stations en mi-journée. On notait également la présence d’un invité spécial du GIC SAGRIC, le Pr Peter Von Fragstein, venu d’Allemagne pour conseiller le GIC SAGRIC en matière de recyclage des déchets et de fabrication du compost pour fertiliser les plantations.

(PUBLI-REPORTAGE)

Il y a 7 heures 0
MANDENGUE NDABO FRANKLIN DIDIER

La force de l'analyse. Comment être indifférèrent à propos de ce qui se passe dans pays. Charles M. M. La pertinence de propos au sujet de la situation économique, politique et sociale est catastrophique. Ce que nous avons eu en matière d'élections ( Sénatoriale et Présidentielle ) depuis le début de l'année, n'est rien d'autre qu'un four tout et n'importe quoi. Les sénateurs sont élus et nommés en toute illégalité. Des conseillés municipaux illégaux et surtout pas de présidents de régions, ce sont les deux catégories qui permettent au choix des sénateurs. Le mariage incestueux être le RDPC, ELECAM, MINAT et le Conseil Constitutionnel, a montré à suffisance que le pouvoir rdpc veut nous imposer la pratique primitive d'une autre ère. Tu as si bien circonscrit le problème, je suis entièrement d'accord avec toi. Ces Camerounais qui pensent qu'ils ont le ponople sur TOUT sur la gestion de la citée, et que les autres n'ont pas droit au chapitre. Ce régime est à l'origine de la déconstruction de tout ce que nous avions cher.

SAMBA II ALAIN MICHEL

Charles tu as oublié de mentionner qu’après avoir fait le tour de Yaoundé pendant deux jours, le PRESI/ CAF a déclaré n'voir observé ni ressenti aucun nid de poule dans les rues de cette ville. Meme le Directeur du protocole d'état qui le raccompagnait au perron du palais avait souri d'étonnement. De là, moi j'avais compris qu'il était déjà dans la sauce gombo, une spécialité bien de chez nous.

ABEGA Joseph Bertin

Bonjour Charles, Tu fais une peinture on ne peut exacte de la situation de notre football. Mais moi je retiens une seule couleur dont l'absence nous rend plus nostalgique voir triste aujourd'hui: le rose. "Le football rose". Oui rose comme beauté! moi je pense que c'est la clé du succès. lors d'un match de foot, combien de gestes techniques pouvons nous compter? Souvent pas un seul. Nous avons eu de grands talents sortis "des coups faibles", "têtes tombes", "des contre-poteaux", "des couloirs", "des solos (petits ponts)", "des comptes (jonglages)"...etc. Nous allions aux stades tous les dimanches en s'accrochant sur le bras d'un aîné pour tricher les dribles de Mbida, Mama, Emana, Milla...les tacles de 05m d'Onana, d'Aoudou et le lundi, même le maître ou le prof avait de la peine à imposer le calme dans la salle de classe pour commencer le cours. Quel entraîneur ou moniteur de foot permet à son apprenant de dribler un ou deux joueurs sans qu'il ne le gronde? Je vous dis qu'il y avait des joueurs aussi talentueux aux quartiers que certains divisionnaires comme on les appelait à l'époque. L'aisance technique était au rendez-vous. Tenez! avec peut-être un peu de prétention, Tonnerre de Yaoundé de l'époque avait le fond de jeu de Barcelone d'aujourd'hui, d'où le nom de "Kalara", "le book" le foot champagne (onze passes). Bref avec l'aide des entraîneurs, les joueurs doivent pratiquer du beau et bon football, ils doivent prendre plaisir à jouer comme Ronaldinho, Jean-Luis Mama par exemple. Ainsi les spectateurs reviendrons aux stades, et les supporteurs participerons aux cotisations, et les joueurs seront mieux payés pour leur talent et ils se vendront cher...etc. BRAVO à toi Charles pour l'évocation de ce sujet si intéressant !

Laisser votre Commentaire

Articles recents

Articles les plus lus