Covid-19 CMR : Le MINSANTE confus face aux remèdes locaux

photo article ici

On l’a senti gêné aux entournures, le Ministre de la Santé du Cameroun, au cours de la réunion qu’il a tenue avec les tradithérapeutes camerounais le 18 mars 2021 au sujet de la nouvelle vague covid-19 dans le pays. Et pas seulement parce que les traitements proposés par ces guérisseurs ne présentent pas toutes les garanties scientifiques d’efficacité, ou du fait, comme il l’a exprimé, que de nombreux charlatans peuplent leur milieu.

« Comment un Etat-mendiant africain peut-il promouvoir des remèdes contre la covid-19 conçus par ses tradipraticiens sans fâcher l’OMS et les puissances occidentales ? » Tel est l’écheveau que doit démêler le ministre de la santé du Cameroun. La pandémie est là, elle sévit fortement, et des guérisseurs camerounais concoctent des remèdes visiblement efficaces (le ministre avoue d’ailleurs les consommer lui-même), mais le gouvernement camerounais risque gros en optant ouvertement de les appuyer financièrement pour augmenter leurs capacités de production : les partenaires bilatéraux et multilatéraux peuvent lui couper les vivres pour le punir d’une telle « désobéissance ».

D’un autre côté, si les solutions de santé locales anti-coronavirus sont effectivement efficaces et fiables, les populations ne comprendraient pas que l’Etat n’aide pas à les rendre disponibles pour tous. Le gouvernement devrait donc trouver le moyen d’accorder discrètement des financements aux tradipraticiens jugés sérieux et/ou inciter les opérateurs économiques privés camerounais et africains à le faire.

Au moment où la disponibilité des tests covid-19 n’est pas bien assurée par les pouvoirs publics, où des doutes sont émis sur leur fiabilité (tests rapides notamment et réseaux de faux tests PCR), les remèdes anti-covid-19 produits par les guérisseurs locaux dont l’efficacité et l’absence d’effets secondaires négatifs ont été prouvées, devraient être administrés aux populations dès qu’elles présentent des symptômes s’apparentant à ceux de la covid-19 et ses différentes variantes. Cela devrait permettre de réduire le nombre de cas graves pouvant conduire à la mort des patients covid. Pour ce faire, leur production doit être intensifiée. La société civile camerounaise doit donc se saisir de cette préoccupation pour ne pas continuer à subir les affres du coronavirus pendant que le MINSANTE tarde à se tirer de l’embarras dans lequel il se trouve plongé.

Prenons notre santé en main !

Charles MONGUE-MOUYEME

Il y a 23 heures 0
Nguigjol rose

Merci beaucoup professeur, pour ce plus concernant l'histoire de notre pays, de notre continent et de nos ancêtres.

Abdoulaye Haman

Merci Professeur pour cet éclairage. Tôt au tard la vérité finira par triompher. Que les africains puissent s'approprier leur histoire pour éveil de conscience.

Lissom Céline carnelle

Impressionnant surtout venant de mon beau pays. Je salue tout humblement le travail de recherche qui a été faite alors l'histoire que nous apprenons depuis des années aujourd'hui reste douteuse vu les réalités de ce que vous nous prouvez aujourd'hui. Merci pour l'ouverture d'esprit de ma personne.

Laisser votre Commentaire

Articles recents

Articles les plus lus