La preuve par le « 9 » : Eto’o confirme la tenue de la CAN 2019 au Cameroun

photo article ici

Messi, Ronaldinho, Rihanna entre autres stars, seront au … Cameroun (!) pour la CAN 2019, à l’initiative de Samuel Eto’o. Oui, le Cameroun tient sa CAN !

Et c’est Samuel Eto’o himself qui est venu annoncer la bonne nouvelle au Premier Ministre (le même qui n’avait pas pu lui remettre le drapeau du pays en 2014) et au Ministre des Sports : quelques jours avant le démarrage de la CAN 2019 au Cameroun, la Fondation Samuel Eto’o fera venir au pays de Roger Milla des super stars mondiales du football et de la musique pour un match de charité. Ce « Charity Match », au-delà de l’extraordinaire coup de pub qu’il fera à la CAN TOTAL 2019, permettra, grâce à ses retombées, de porter secours aux anciennes gloires du foot camerounais qui vivent dans une grande pauvreté aujourd’hui.

Sauf à vouloir jouer les naïfs, il apparaît clairement que cette sortie d’Eto’o à ce moment précis n’est pas fortuite. Elle survient au moment où une mission CAF-FIFA achève l’inspection des sites devant abriter la CAN 2019 au Cameroun, et où des rumeurs persistantes font état du retrait de l’organisation de cette compétition au pays d’origine de Kylian Mbappè. Rumeurs confortées par l’attitude suppliante du Ministre des Sports qui priait la CAF de signer l’accord cadre qui rassurerait définitivement le Cameroun que la CAN ne lui sera pas enlevée.

Samuel Eto’o, désigné négociateur en chef auprès de la CAF pour le maintien de la CAN au Cameroun, a certainement anticipé l’annonce de son match de charité pour faire savoir, sans le dire, qu’il a réussi la mission que lui a confiée le Président de la République du Cameroun. Oui, après avoir fait venir le Président de la CAF à Yaoundé pour rencontrer le Président Paul Biya, après avoir fait publier les photos d’un dîner qu’il a offert au Président Ahmad en compagnie du Président de la FIFA Gianni Infantino, le goleador camerounais est venu dire aux camerounais : « chers compatriotes, la CAN 2019, notre CAN, est dans la poche ! »

Autrement, Samuel aurait attendu que son idée de match de charité prenne la forme et le fond d’un véritable projet avant de venir l’annoncer avec autant de solennité. Car les imprécisions sur la date de cet événement  (4 à 5 jours avant la CAN), son lieu (Douala ou Yaoundé) et son contenu (match et concert ?) indiquent bien qu’on en est encore au stade de l’idée. Mais les mandants d’Eto’o auprès de la CAF (et de la FIFA) tenaient à tordre le cou à la folle rumeur du retrait de la compétition au Cameroun, et cela ne pouvait pas attendre.

C’est certainement par pudeur diplomatique que Samuel Eto’o n’a pas osé proclamer en des termes clairs et sans équivoque, l’effectivité définitive de l’organisation de la CAN TOTAL 2019 par le Cameroun. Mais au regard des rapports qu’il entretient avec les Présidents Ahmad et Gianni Infantino, l’annonce du Charity Match sur la terre natale de Issa Hayatou a valeur de confirmation.

Et en ces lendemains de Présidentielle 2018, Eto’o avait lui-même bien besoin, pour se réinstaller dans leurs cœurs, de promettre un cadeau à la dimension de Messi, Ronaldinho et Rihanna à tous ses compatriotes qui malmènent son image, le qualifiant péjorativement de « sardinard » (*), depuis qu’il a déclaré son soutien au président-candidat Paul Biya.

« Eto’o PEUT ! » Il n’est pas exclu non plus que certains membres du sérail prennent à leur compte cette accroche publicitaire après l’annonce du « Charity CAN Confirmation Match » de Samuel Eto’o. Car cela peut mettre du baume au cœur du Chef de l’Etat, et sauver quelques carrières ministérielles au moment où le 1er gouvernement du nouveau septennat est attendu.

Espérons simplement que, le moment venu, si le « Grand 9 » décide de faire comme George Weah, on ne niera pas le rôle prépondérant qu’il aura joué pour que le Cameroun conserve l’organisation de la CAN 2019. Les « tontinards » (*) en savent quelque chose au sujet de Bakassi.

Charles MONGUE-MOUYEME

(*) Voir nouveau lexique politique camerounais en téléchargement gratuit sur le bêtisier politique du Cameroun.

Il y a 10 heures 0
MANDENGUE NDABO FRANKLIN DIDIER

La force de l'analyse. Comment être indifférèrent à propos de ce qui se passe dans pays. Charles M. M. La pertinence de propos au sujet de la situation économique, politique et sociale est catastrophique. Ce que nous avons eu en matière d'élections ( Sénatoriale et Présidentielle ) depuis le début de l'année, n'est rien d'autre qu'un four tout et n'importe quoi. Les sénateurs sont élus et nommés en toute illégalité. Des conseillés municipaux illégaux et surtout pas de présidents de régions, ce sont les deux catégories qui permettent au choix des sénateurs. Le mariage incestueux être le RDPC, ELECAM, MINAT et le Conseil Constitutionnel, a montré à suffisance que le pouvoir rdpc veut nous imposer la pratique primitive d'une autre ère. Tu as si bien circonscrit le problème, je suis entièrement d'accord avec toi. Ces Camerounais qui pensent qu'ils ont le ponople sur TOUT sur la gestion de la citée, et que les autres n'ont pas droit au chapitre. Ce régime est à l'origine de la déconstruction de tout ce que nous avions cher.

SAMBA II ALAIN MICHEL

Charles tu as oublié de mentionner qu’après avoir fait le tour de Yaoundé pendant deux jours, le PRESI/ CAF a déclaré n'voir observé ni ressenti aucun nid de poule dans les rues de cette ville. Meme le Directeur du protocole d'état qui le raccompagnait au perron du palais avait souri d'étonnement. De là, moi j'avais compris qu'il était déjà dans la sauce gombo, une spécialité bien de chez nous.

ABEGA Joseph Bertin

Bonjour Charles, Tu fais une peinture on ne peut exacte de la situation de notre football. Mais moi je retiens une seule couleur dont l'absence nous rend plus nostalgique voir triste aujourd'hui: le rose. "Le football rose". Oui rose comme beauté! moi je pense que c'est la clé du succès. lors d'un match de foot, combien de gestes techniques pouvons nous compter? Souvent pas un seul. Nous avons eu de grands talents sortis "des coups faibles", "têtes tombes", "des contre-poteaux", "des couloirs", "des solos (petits ponts)", "des comptes (jonglages)"...etc. Nous allions aux stades tous les dimanches en s'accrochant sur le bras d'un aîné pour tricher les dribles de Mbida, Mama, Emana, Milla...les tacles de 05m d'Onana, d'Aoudou et le lundi, même le maître ou le prof avait de la peine à imposer le calme dans la salle de classe pour commencer le cours. Quel entraîneur ou moniteur de foot permet à son apprenant de dribler un ou deux joueurs sans qu'il ne le gronde? Je vous dis qu'il y avait des joueurs aussi talentueux aux quartiers que certains divisionnaires comme on les appelait à l'époque. L'aisance technique était au rendez-vous. Tenez! avec peut-être un peu de prétention, Tonnerre de Yaoundé de l'époque avait le fond de jeu de Barcelone d'aujourd'hui, d'où le nom de "Kalara", "le book" le foot champagne (onze passes). Bref avec l'aide des entraîneurs, les joueurs doivent pratiquer du beau et bon football, ils doivent prendre plaisir à jouer comme Ronaldinho, Jean-Luis Mama par exemple. Ainsi les spectateurs reviendrons aux stades, et les supporteurs participerons aux cotisations, et les joueurs seront mieux payés pour leur talent et ils se vendront cher...etc. BRAVO à toi Charles pour l'évocation de ce sujet si intéressant !

Laisser votre Commentaire

Articles recents

Articles les plus lus