Un pays n’a pas besoin d’un Dieu pour le gouverner

photo article ici

Lorsque, depuis plus d’un demi-siècle, son pays est gouverné par des Dieux terrestres entourés de leurs créatures, on est bien placé pour savoir qu’une telle gouvernance n’est ni efficace, ni efficiente. Le résultat chez nous est bien connu : un pays très pauvre, très endetté, miné par les divisions, où les valeurs morales n’existent plus, où des compatriotes s’entretuent sans raisons pouvant justifier de telles extrémités.

Le Dieu terrestre en place, grisé par les louanges de ses fourbes créatures et des citoyens opportunistes, finit par croire qu’il peut gouverner par la parole, comme le Dieu céleste.  Et s’ils sont encouragés par l’apathie de citoyens zombifiés, ses créatures et lui finissent par croire que les deniers publics sont une dîme que le peuple leur verse pour leur jouissance personnelle.

La partie du peuple qui réussit à rester lucide, aspire fortement à un changement à la tête de l’Etat, et les élections présidentielles sont donc un moment très attendu pour dénicher l’homme (ou la femme) qui remettra le pays sur le droit chemin de la gouvernance vertueuse, et sur la bonne voie du développement et de la prospérité. C’est du côté de l’opposition que ce peuple fonde logiquement ses espoirs.

Malheureusement, dans bien des cas, ce qui tient lieu d’opposition produit des candidats qu’on peut classer en trois principales catégories : les prête-noms du Dieu-Président au pouvoir, chargés d’embrouiller les sympathisants de l’opposition ; les mendiants de la mangeoire, qui se mettent en lumière pour être officiellement invités au partage du gâteau national ; les Dieux avant l’heure, qui sont déjà infaillibles, omniscients et omnipotents avant même d’accéder au « trône » du pays.

Si les deux premières catégories de candidats sont de type purement alimentaire, la troisième ne fait pas illusion bien longtemps. Soutenus par des hordes de supporters fanatisés par leur opportunisme intrinsèque et leur sectarisme, les candidats-Dieux sont très vite pris par le vertige des grandes hauteurs, au point de ne plus avoir la lucidité de refuser le culte qu’on leur voue, et de réfuter l’intolérance et l’extrémisme de leurs partisans.

La partie du peuple qui réussit à rester lucide réalise alors qu’il risque de remplacer quelque chose qui ne marche plus, par quelque chose qui ne marche déjà pas avant utilisation. Car, si avant d’accéder au pouvoir un candidat se prend déjà pour un Dieu terrestre, qu’en sera-t-il s’il devient effectivement Président de la République ? Si ses créatures sont déjà si arrogantes, si manipulatrices, si affabulatrices, si fourbes et si cupides avant qu’il ne tienne les manettes de la gouvernance du pays, qu’en sera-t-il quand le candidat-Dieu s’emparera du gouvernail ?

En vérité, nos Etats n’ont besoin à leur tête que de simples humains, des personnes qui parlent aux populations des problèmes qu’elles vivent au quotidien, et non qui les abreuvent des histoires de leurs communicants-laudateurs mal inspirés. Les populations lucides veulent des gouvernants qui les écoutent attentivement, qui diagnostiquent avec eux leur situation réelle, et qui les associent à la recherche de solutions pertinentes pour faire évoluer positivement leur condition.

Puisse le Dieu du Ciel faire que de nos peuples émergent des hommes et des femmes qui, inspirés par Lui, seront amour, écoute, intérêt général, partage et vertu pour nous conduire vers le bien-être et le bonheur. Des personnes suffisamment fortes pour combattre les haines, les divisions, les vices, les injustices, l’impunité, et les flatteurs qui les déifient pour égoïstement tirer bénéfice de leur position.

Oui, pour diriger nos pays, nous voulons juste des êtres humains qui ont l’estomac, le cœur et le cerveau aux endroits où Dieu les a positionnés à la Création. Est-ce trop demander ?

Charles MONGUE-MOUYEME

Il y a 16 heures 0
Nguigjol rose

Merci beaucoup professeur, pour ce plus concernant l'histoire de notre pays, de notre continent et de nos ancêtres.

Abdoulaye Haman

Merci Professeur pour cet éclairage. Tôt au tard la vérité finira par triompher. Que les africains puissent s'approprier leur histoire pour éveil de conscience.

Lissom Céline carnelle

Impressionnant surtout venant de mon beau pays. Je salue tout humblement le travail de recherche qui a été faite alors l'histoire que nous apprenons depuis des années aujourd'hui reste douteuse vu les réalités de ce que vous nous prouvez aujourd'hui. Merci pour l'ouverture d'esprit de ma personne.

Laisser votre Commentaire

Articles recents

Articles les plus lus