CAN 2019 : Qualifié avec faute et sous réserve, le Cameroun jubile sans honte

photo article ici

Par Charles MONGUE-MOUYEME

Le match Cameroun-Comores (3-0) vient encore de montrer l’état de déliquescence morale dans lequel se trouve le Cameroun.

Il y avait quelque chose d’indécent à voir ces autorités du pays de Choupo Moting bondir de leurs fauteuils du stade Ahmadou Ahidjo pour célébrer démonstrativement les buts des Lions Indomptables face aux Comores, en match qualificatif à la CAN 2019 prévue désormais en Egypte. Comment des gens qui, par leurs défaillances et leur cupidité, ont retiré la qualification d’office à la phase finale de la CAN 2019 au Cameroun en qualité de pays organisateur, peuvent se livrer, toute honte bue, à de telles manifestations de joie ?

Le gouvernement avait voulu faire croire à l’opinion que le retrait de l’organisation de la CAN 2019 au Cameroun avait été une injustice, un complot ourdi par le Maroc notamment qui voulait absolument récupérer cette CAN. Et il s’était engagé à justifier cette thèse en achevant tous les chantiers de la CAN au plus tard à la fin du mois de mars 2019, date à laquelle le Cameroun était supposé remettre les clés des infrastructures à la CAF. Au moment où les Lions Indomptables disputent le match devenu décisif face aux Comores le 23 mars 2019, les chantiers de la CAN sont loin d’être achevés, mais les membres du gouvernement et les autorités sportives font les fiers au stade Ahmadou Ahidjo où la CAF n’a pas osé prendre le risque de faire jouer le match en nocturne. Sans honte.

Et ce public camerounais qui ne s’est pas retenu de manifester sa grande joie pour la qualification de son équipe nationale a-t-il conscience qu’il absout quasiment ainsi tous ces incompétents et ces prévaricateurs  qui ont disqualifié les Lions Indomptables des CAN 2019 et 2021 comme l’indiquent les textes de la CAF ? Comment le public camerounais peut-il fièrement exulter pour une qualification sous réserve d’une sentence des instances juridictionnelles sportives par devant lesquelles les Comores ont attrait la CAF pour application complaisamment partielle de ses textes en vigueur ? Le fameux « la loi est dure, mais c’est la loi » n’est donc pertinent que lorsqu’il s’agit de réprimer durement des adversaires politiques ?

Le pays champion d’Afrique 2017 qui devait défendre son titre à la maison en 2019 en est réduit à profiter d’une violation flagrante (et avouée) des textes de la CAF pour se qualifier à la compétition phare du foot africain. Dans un pays qui s’emploie chaque jour à confirmer sa réputation d’Etat dans lequel le strict respect des lois est une exception, la jubilation suite à la qualification face aux Comores montre que, même dans le sport, l’esprit chevaleresque, le sens de l’honneur et la dignité ont disparu au Cameroun.

Les poulains de Clarence Seedorf devraient être les seuls à célébrer cette qualification à la CAN 2019 en Egypte, car consécutive à leurs efforts, à leur courage, et à leur talent. Mais, sachant que la qualification est encore sous réserve, et surtout que leur public du Cameroun est privé d’une grande fête, les joueurs des Lions Indomptables devaient s’imposer de la retenue pour montrer que les choses ne se déroulent pas normalement. En mimant le « foup fap » de Nyangono du Sud, Clinton Njie, Christian Bassogog et les autres Lions ont mis la colère légitime des camerounais encore lucides « dans la sauce », et ils ont ainsi signé un « arrangemento » pour éloigner le châtiment que les fossoyeurs de la CAN Cameroun 2019 méritent.

Quand un footballeur marque un but de la main validé par l’arbitre, s’il est honnête et pétri de fairplay, il ne jubile pas. La qualification pour la CAN 2019 d’Egypte après le retrait de sa CAN 2019 est un but inscrit de la main par le Cameroun.

Charles MONGUE-MOUYEME

16 October 2019 à 06:08 0
MANDENGUE NDABO FRANKLIN DIDIER

La force de l'analyse. Comment être indifférèrent à propos de ce qui se passe dans pays. Charles M. M. La pertinence de propos au sujet de la situation économique, politique et sociale est catastrophique. Ce que nous avons eu en matière d'élections ( Sénatoriale et Présidentielle ) depuis le début de l'année, n'est rien d'autre qu'un four tout et n'importe quoi. Les sénateurs sont élus et nommés en toute illégalité. Des conseillés municipaux illégaux et surtout pas de présidents de régions, ce sont les deux catégories qui permettent au choix des sénateurs. Le mariage incestueux être le RDPC, ELECAM, MINAT et le Conseil Constitutionnel, a montré à suffisance que le pouvoir rdpc veut nous imposer la pratique primitive d'une autre ère. Tu as si bien circonscrit le problème, je suis entièrement d'accord avec toi. Ces Camerounais qui pensent qu'ils ont le ponople sur TOUT sur la gestion de la citée, et que les autres n'ont pas droit au chapitre. Ce régime est à l'origine de la déconstruction de tout ce que nous avions cher.

SAMBA II ALAIN MICHEL

Charles tu as oublié de mentionner qu’après avoir fait le tour de Yaoundé pendant deux jours, le PRESI/ CAF a déclaré n'voir observé ni ressenti aucun nid de poule dans les rues de cette ville. Meme le Directeur du protocole d'état qui le raccompagnait au perron du palais avait souri d'étonnement. De là, moi j'avais compris qu'il était déjà dans la sauce gombo, une spécialité bien de chez nous.

ABEGA Joseph Bertin

Bonjour Charles, Tu fais une peinture on ne peut exacte de la situation de notre football. Mais moi je retiens une seule couleur dont l'absence nous rend plus nostalgique voir triste aujourd'hui: le rose. "Le football rose". Oui rose comme beauté! moi je pense que c'est la clé du succès. lors d'un match de foot, combien de gestes techniques pouvons nous compter? Souvent pas un seul. Nous avons eu de grands talents sortis "des coups faibles", "têtes tombes", "des contre-poteaux", "des couloirs", "des solos (petits ponts)", "des comptes (jonglages)"...etc. Nous allions aux stades tous les dimanches en s'accrochant sur le bras d'un aîné pour tricher les dribles de Mbida, Mama, Emana, Milla...les tacles de 05m d'Onana, d'Aoudou et le lundi, même le maître ou le prof avait de la peine à imposer le calme dans la salle de classe pour commencer le cours. Quel entraîneur ou moniteur de foot permet à son apprenant de dribler un ou deux joueurs sans qu'il ne le gronde? Je vous dis qu'il y avait des joueurs aussi talentueux aux quartiers que certains divisionnaires comme on les appelait à l'époque. L'aisance technique était au rendez-vous. Tenez! avec peut-être un peu de prétention, Tonnerre de Yaoundé de l'époque avait le fond de jeu de Barcelone d'aujourd'hui, d'où le nom de "Kalara", "le book" le foot champagne (onze passes). Bref avec l'aide des entraîneurs, les joueurs doivent pratiquer du beau et bon football, ils doivent prendre plaisir à jouer comme Ronaldinho, Jean-Luis Mama par exemple. Ainsi les spectateurs reviendrons aux stades, et les supporteurs participerons aux cotisations, et les joueurs seront mieux payés pour leur talent et ils se vendront cher...etc. BRAVO à toi Charles pour l'évocation de ce sujet si intéressant !

Laisser votre Commentaire

Articles recents

Articles les plus lus