Cameroun 0 – 0 Ghana : Seedorf a-t-il singé le système Lechantre ?

photo article ici

Par Charles MONGUE-MOUYEME

Les anciens poulains de Pierre Lechantre à ses côtés ont-ils suggéré à Seedorf d’essayer face au Ghana le dispositif de ce sélectionneur des Lions Indomptables 2000 ?

Le dispositif affiché par l’équipe nationale du Cameroun au début du match l’opposant à celle du Ghana à la CAN TOTAL 2019 en Egypte ressemblait beaucoup à celui qui a fait la réputation du sélectionneur Pierre Lechantre lorsqu’il remportait la CAN 2000 : 5 défenseurs, 3 milieux de terrain, 2 attaquants. On se souvient des défenseurs centraux Djanka Beaka (ou Tchato Bill), Kalla Nkongo et Rigobert Song ; des arrières latéraux Pierre Womé à gauche et Jérémie Njitap à droite. Impossible d’oublier ce formidable milieu de terrain avec Marc Vivien Foé (Rip) dans l’axe, Salomon Olembé à gauche, et Lauren Etame Mayer à droite. Et cette superbe paire d’artificiers Patrick Mboma et Samuel Eto’o !

Face au Ghana ce 29 juin 2019, Seedorf a aligné 5 défenseurs : Gaétan Bong (défenseur central gauche), Jean-Armel Kana Biyick (défenseur central droit), Ngadeu Ngadjui (défenseur central axial), Oyongo Bitolo (arrière latéral gauche), Fai Collins (arrière latéral droit). On avait 3 milieux de terrain : Georges Mandjeck, Zambo Anguissa et Christian Bassogog. Et 2 attaquants : Karl Toko Ekambi et Njie Clinton.

Avec ce système, le Cameroun du début des années 2000 a pratiqué l’un des jeux les plus alléchants des différentes générations de Lions Indomptables. Complémentarité, équilibre entre les lignes, cohésion, fluidité, solidité, efficacité, toutes ces qualités se retrouvaient dans cette équipe construite par Pierre Lechantre, et les amoureux du football s’en délectaient. Face au Ghana en 2019, le jeu des poulains de Seedorf était certes assez solide, mais relativement décousu ; la fluidité n’était pas au rendez-vous, et l’efficacité encore moins.

Oui, c’est évident, les joueurs de 2019 ne sont pas ceux de 2000 du point de vue talent individuel et personnalité, mais on a surtout eu l’impression que le « système Lechantre » de Seedorf n’a pas vraiment été préparé aux entraînements. Bong, Oyongo et Njie manquaient totalement de repères et de complicité pour faire vivre le côté gauche de l’équipe. Côté droit, Fai Collins, visiblement diminué physiquement, n’a presque pas composé avec Zambo et Bassogog pour alimenter les attaquants. Au milieu, Mandjeck s’est montré trop hanté par la peur de mal faire pour constituer une rampe de lancement de la qualité de Foé, obligeant ainsi Zambo à jouer pour 3 (récupérateur, relayeur, organisateur). En défense, la lenteur de Kana Biyick et la frilosité de Fai ont plombé la remontée rapide du ballon, atout majeur du dispositif choisi.

Pourquoi Seedorf a-t-il pris le risque de tester ce système en pleine CAN et face à un adversaire du calibre du Ghana ? Bill Tchato, Salomon Olembe qui font partie de son staff, et Samuel Eto’o qui est très proche de la tanière, ont-ils pu influencer Seedorf, eux qui ont été des piliers des Lions de Pierre Lechantre ? C’est dans l’ordre du possible, du moment où la non titularisation de Yaya Banana, Arnaud Djoum, et Dawa Tchakonte a montré que l’entraîneur néerlandais écoutait les avis des camerounais.

Pour faire du Lechantre, Seedorf doit sérieusement le travailler aux entraînements, et inculquer à la cuvée de joueurs qu’il a à sa disposition la force mentale, la discipline tactique, la rigueur et le charisme des coéquipiers de Rigobert Song en 2000. Le dilettantisme de Njie, la timidité de Mandjeck, la frilosité de Fai, l’imprécision de Bassogog et les hésitations de Kana Biyick sont incompatibles avec le système de jeu expérimenté face aux Black Stars du Ghana à la CAN 2019.

Mais au fait, pourquoi Seedorf ferait-il du Lechantre, alors que les camerounais attendent de lui du Seedorf ?

Charles MONGUE-MOUYEME

Il y a 19 heures 0
Deffo Jean-Pierre

Tu as trois fois raison Charles. J'ai compris très tôt que Abel Elimbi Lobé était la taupe du pouvoir. Mon problème c'est que plusieurs médias ont prêté le flanc à cette supercherie en donnant surabondament la parole à cet allié non assumé du parti au pouvoir. Dommage pour ce peuple qui a soif d'une autre façon de gouverner.

TIOBOU Jean-Marie

Ouf !!!! Quelle peinture mon grand frère ! Dans ce cirque les leçons nous donnent de comprendre que la tricherie est érigée en.modèle de société d'une part. D'autre part qu'il y'a des immuables... des immortels. S'ils pouvaient se souvenir de Mumbutu S. SEKO qui se prenait pour le Dieu !!!! Je prie et souhaite que l'esprit de PAIX règne et conduit à renouer avec nos frères et soeurs des zones en crise.

Fernant Nenkam

Je tire la graisse de ce test pour cuire la chair de l'ami Charles Mongue-Mouyemé. "Selon les statuts de la FECAFOOT, le dirigeant d’une entreprise publique ou parapublique ne peut plus postuler à la présidence de la Fécafoot pour des nécessités de disponibilité". Le poste occupé par Martin Camus Mimb Hiol n'est pas électif et sa radiodiffusion n'est non plus ou parapublique.

Laisser votre Commentaire

Articles recents

Articles les plus lus