Touchez pas à l’autre Seedorf

photo article ici

Par Charles MONGUE-MOUYEME

Virez votre Seedorf du foot si ça vous chante, mais ne lorgnez pas vers l’autre. Ce n’est pas parce qu’à son arrivée les gens ont dit que votre Seedorf était aussi « chaud gars » que son destin doit être calqué sur l’autre Seedorf. Même s’il y a beaucoup de ressemblances entre votre Seedorf et l’autre :

Le vôtre s’est illustré par sa versatilité dans le choix des hommes : 12 matches, 12 équipes différentes. L’autre en est aussi à presque 37 équipes en 37 ans. Mais … enfin… euh…

Le vôtre s’est montré très tatillon en matière de système de jeu : 4-4-2 ; 4-3-3 ; 5-3-2 ; 3-5-2 ; on s’y perd. L’autre essaye aussi (sans succès) plusieurs systèmes de jeu depuis le temps : rigueur et moralisation ; contrats de performance ; DSCE ; feuilles de route ; grandes ambitions ; grandes réalisations ; plans d’urgence ; grandes opportunités. Mais comparaison n’est pas raison…

Le vôtre s’est avéré incapable de mettre sur pied une équipe conquérante et cohérente avec un véritable leader technique : le capitaine Choupo n’en menait pas large ; les transmissions de balles étaient poussives ; Kunde et Zambo  boudaient ; Oyongo Bitolo dansait trop. L’autre Seedorf a également beaucoup de problèmes de cohésion et de leadership dans son équipe : certains joueurs contredisent le discours du capitaine dans les médias étrangers ; d’autres alimentent les divisions sur les réseaux sociaux ; d’autres encore re-privatisent des événements que leurs coéquipiers avaient récemment nationalisés ; certains autres chantent trop (louanges à leur Créateur) ; il y en a même qui marquent volontairement des buts contre leur camp à travers mensonges, violences gratuites, et exacerbation des haines. Hum…

Votre Seedorf a tué notre système offensif autrefois plus productif : d’ailleurs nous détenons toujours le record du meilleur buteur de la CAN de tous les temps avec Samuel Eto’o. C’est vrai que l’autre Seedorf a pareillement anéanti nos capacités offensives, au point où on nous aligne aujourd’hui dans la poule des plus pauvres et des plus endettés, alors que nous produisions plus de cacao que le pays de Drogba. Les effets néfastes de la conjoncture internationale y sont pour beaucoup, n’est-ce pas…

En vérité, votre Seedorf mérite bien d’être limogé avant la fin de la 1ère année de son contrat de 4 ans, parce qu’il n’a pas tenu son objectif de remporter la CAN 2019. Vous pensez qu’on devrait aussi évincer l’autre Seedorf pour n’avoir pas tenu son engagement d’organiser la CAN 2019 le jour dit ? Eh bien, vous faites fausse route : car son engagement a juste fait l’objet d’un glissement, et ce n’est qu’en 2035 qu’on jugera s’il a tenu ou pas son véritable objectif qui est l’émergence.

Et puis, vous n’allez tout de même pas mettre au même niveau votre Seedorf qui tient son pouvoir d’un homme « très honnête » (Esse c’est clair ?), et l’autre qui tient le sien de l’ordre divin !

Défaussez-vous donc sur votre Seedorf du foot, du moment où ça vous soulage de votre addiction à la poltronnerie. Mais n’égratignez même pas l’autre Seedorf !

Charles MONGUE-MOUYEME

17 February 2020 à 13:57 0
MANDENGUE NDABO FRANKLIN DIDIER

La force de l'analyse. Comment être indifférèrent à propos de ce qui se passe dans pays. Charles M. M. La pertinence de propos au sujet de la situation économique, politique et sociale est catastrophique. Ce que nous avons eu en matière d'élections ( Sénatoriale et Présidentielle ) depuis le début de l'année, n'est rien d'autre qu'un four tout et n'importe quoi. Les sénateurs sont élus et nommés en toute illégalité. Des conseillés municipaux illégaux et surtout pas de présidents de régions, ce sont les deux catégories qui permettent au choix des sénateurs. Le mariage incestueux être le RDPC, ELECAM, MINAT et le Conseil Constitutionnel, a montré à suffisance que le pouvoir rdpc veut nous imposer la pratique primitive d'une autre ère. Tu as si bien circonscrit le problème, je suis entièrement d'accord avec toi. Ces Camerounais qui pensent qu'ils ont le ponople sur TOUT sur la gestion de la citée, et que les autres n'ont pas droit au chapitre. Ce régime est à l'origine de la déconstruction de tout ce que nous avions cher.

SAMBA II ALAIN MICHEL

Charles tu as oublié de mentionner qu’après avoir fait le tour de Yaoundé pendant deux jours, le PRESI/ CAF a déclaré n'voir observé ni ressenti aucun nid de poule dans les rues de cette ville. Meme le Directeur du protocole d'état qui le raccompagnait au perron du palais avait souri d'étonnement. De là, moi j'avais compris qu'il était déjà dans la sauce gombo, une spécialité bien de chez nous.

ABEGA Joseph Bertin

Bonjour Charles, Tu fais une peinture on ne peut exacte de la situation de notre football. Mais moi je retiens une seule couleur dont l'absence nous rend plus nostalgique voir triste aujourd'hui: le rose. "Le football rose". Oui rose comme beauté! moi je pense que c'est la clé du succès. lors d'un match de foot, combien de gestes techniques pouvons nous compter? Souvent pas un seul. Nous avons eu de grands talents sortis "des coups faibles", "têtes tombes", "des contre-poteaux", "des couloirs", "des solos (petits ponts)", "des comptes (jonglages)"...etc. Nous allions aux stades tous les dimanches en s'accrochant sur le bras d'un aîné pour tricher les dribles de Mbida, Mama, Emana, Milla...les tacles de 05m d'Onana, d'Aoudou et le lundi, même le maître ou le prof avait de la peine à imposer le calme dans la salle de classe pour commencer le cours. Quel entraîneur ou moniteur de foot permet à son apprenant de dribler un ou deux joueurs sans qu'il ne le gronde? Je vous dis qu'il y avait des joueurs aussi talentueux aux quartiers que certains divisionnaires comme on les appelait à l'époque. L'aisance technique était au rendez-vous. Tenez! avec peut-être un peu de prétention, Tonnerre de Yaoundé de l'époque avait le fond de jeu de Barcelone d'aujourd'hui, d'où le nom de "Kalara", "le book" le foot champagne (onze passes). Bref avec l'aide des entraîneurs, les joueurs doivent pratiquer du beau et bon football, ils doivent prendre plaisir à jouer comme Ronaldinho, Jean-Luis Mama par exemple. Ainsi les spectateurs reviendrons aux stades, et les supporteurs participerons aux cotisations, et les joueurs seront mieux payés pour leur talent et ils se vendront cher...etc. BRAVO à toi Charles pour l'évocation de ce sujet si intéressant !

Laisser votre Commentaire

Articles recents

Articles les plus lus