GDN : Solder la facture du mensonge et de la manipulation

photo article ici

Par Charles MONGUE-MOUYEME

Quel montant de deniers publics a-t-on sorti des caisses de l’Etat pour faire croire au peuple camerounais qu’il est bien gouverné alors que la réalité qu’il vit montre le contraire ? Ne pas essayer d’apporter une réponse à cette question au cours du Grand Dialogue National (GDN) est assimilable à une faute professionnelle lourde, car ce sont les bénéficiaires de ces largesses financières indues de l’Etat qui causent et/ou entretiennent et enveniment la quasi-totalité des crises dans le pays.

C’est à force de travestir la vérité, de vouloir imposer le mensonge y compris par l’usage de la force brutale, qu’on arrive à des situations de pourrissement avancé, que les frustrations s’exacerbent, que les colères grandissent, que les extrémismes naissent, et qu’on débouche sur de fortes crises, et même sur les guerres civiles. Le régime en place au Cameroun s’est tellement centré sur sa pérennisation et la satisfaction des intérêts égoïstes individuels de ses membres, qu’il n’a plus eu le temps et la force d’œuvrer au développement du pays, et au bien-être du peuple.

A défaut donc de gérer réellement le pays, les gouvernants camerounais ont choisi l’option de le faire croire à la Communauté Internationale et à son peuple. Des sommes folles sont ainsi dépensées vers l’extérieur pour rémunérer les services de lobbyistes et d’agences de communication étrangers, acheter des espaces de propagande dans les médias internationaux, s’offrir des awards douteux, et cotiser dans des cercles ésotériques puissants qui « protègent »  les dirigeants qui leur font allégeance.

En interne, des montants d’argent énormes sont également décaissés pour financer des cabinets noirs, des médias, des organisations de la société civile, des partis politiques etc. pour relayer les mensonges officiels et crédibiliser l’(in)action publique. Des salaires et primes au noir sont versés à de grandes quantités d’individus de tous les âges, de tous les grades et de toutes les couches sociales pour s’humilier publiquement en défendant l’indéfendable, manipuler honteusement les masses en usant de fausses expertises en poussant le vice jusqu’aux atteintes régulières à la connaissance scientifique, insulter et exprimer du mépris envers les citoyens qui refusent le diktat du machiavélisme ambiant.

Que dire de tous ces indics et miliciens disséminés ici et là pour dénoncer et « punir » les « adversaires » du pouvoir, traquer et intimider les résistants à la zombification dans l’administration, les entreprises, et sur les réseaux sociaux. Ces individus dont le seul culte est celui qu’ils vouent aux biens matériels, à l’argent, et aux plaisirs de la chair coûtent extrêmement cher aux contribuables camerounais.

Oui, cette lourde facture doit être arrêtée et posée sur la table du GDN, afin que le régime de Yaoundé explique à quel moment le peuple lui a donné la permission d’utiliser la fortune publique à de telles sinistres fins, alors que toutes les intelligences et tout l’argent ainsi gaspillés auraient contribué à travailler pour la prospérité du Cameroun et le bien-être de ses fils. Nos gouvernants devront alors endosser cette douloureuse, et pour décourager ce type d’entreprises dans l’avenir, le GDN devra aller au-delà de la déclaration de biens (Art. 66 de la Constitution) pour exiger une loi sur l’enrichissement illicite applicable à tous.

Charles MONGUE-MOUYEME

29 November 2020 à 02:04 0
Nguigjol rose

Merci beaucoup professeur, pour ce plus concernant l'histoire de notre pays, de notre continent et de nos ancêtres.

Abdoulaye Haman

Merci Professeur pour cet éclairage. Tôt au tard la vérité finira par triompher. Que les africains puissent s'approprier leur histoire pour éveil de conscience.

Lissom Céline carnelle

Impressionnant surtout venant de mon beau pays. Je salue tout humblement le travail de recherche qui a été faite alors l'histoire que nous apprenons depuis des années aujourd'hui reste douteuse vu les réalités de ce que vous nous prouvez aujourd'hui. Merci pour l'ouverture d'esprit de ma personne.

Laisser votre Commentaire

Articles recents

Articles les plus lus